Histoire de Nanterre

De la préhistoire jusqu’à l’époque gauloise

Nanterre était déjà occupé par les hommes à partir de la période néolithique. Des fossiles des restes d’outils de pierre ont été découverts dans la région pour le confirmer. Au 3ème siècle av J – C, c’est le peuple Parisii qui habita le territoire, en bordure de la Seine. À savoir que la ville gauloise s’est soudainement déplacé en -30 Av J-C pour s’installer vers le sud-est. À l’époque, la cité était déjà sectionnée en plusieurs quartiers délimitant les domaines résidentiels à ceux des artisans.

Le pouvoir de l’abbaye Sainte-Geneviève au moyen-âge

Plus tard, bien après la colonisation romaine, c’est-à-dire vers 423, Nanterre fut sous la possession de l’abbaye de Sainte-Geneviève et donc en quelque sorte sous son règne. Ce fut donc aussi le couvent qui se chargeait des affaires de justice, en plus de ses fonctions spirituelles. Ce ne fut qu’en 1247 que Louis IX libéra les serfs de la ville en signant une charte. Malgré cela, l’abbaye était toujours en plein pouvoir et jouissait de divers intérêts.

La ville victime des guerres

Nanterre fait partie des malheureuses victimes de la guerre de Cent Ans. En effet, entre 1346 et 1411, des bourgs ont fait l’objet de pillages et beaucoup de Nanterriens ont été pendus. Pire encore, car les Anglais incendièrent une bonne partie de la cité, dont l’église, tout en commettant divers abus. Sans parler des guerres religieuses qui ne fit qu’empirer la misère dans la communauté.

Quelques rebondissements

En 1625, la ville fit l’honneur de la visite de la princesse Henriette-Marie de France et de la reine d’Angleterre. Puis en 1630, ce fut le tour de Louis XIII. Après l’aménagement de la place de la Boule-Royale au 18ème siècle, beaucoup de nobles et de bourgeois s’installèrent dans la région et commença alors l’exploitation des mines de pierre à bâtir. Le mont Valérien, quant à lui, devint un sanctuaire religieux très important.

Les impacts de la Révolution

À partie de 1789, le peuple commença à répliquer contre l’abus des moines génovéfains, notamment des impôts trop élevés, des corvées trop pénibles, des réserves à gibiers et bien d’autres outrances. Face à ces protestations, le règne du prieuré est finalement aboli le 29 août 1789. Entre 1790 et 1795, Nanterre faisait partie du district de Franciade. L’église était à l’époque le siège des réunions que faisait la Société populaire et ils le surnommaient « le temple de la Raison ». Les propriétés des prêtres furent vendues et deviennent des biens de l’Etat.

Du 19ème siècle vers la modernisation

Les premières voies de chemin de fer qui relient Nanterre et Paris voient le jour le 24 août 1837. Plus tard, ce sera le tour du tramway Paris – -Saint-Germain en 1890. La construction de l’université de Nanterre était aussi sans doute un des projets qui marqua le développement de la commune. Au départ, c’était un terrain militaire inoccupé. En 1960, la ville devient le chef-lieu des Hauts-de-Seine. Quant à l’église Sainte-Geneviève, elle obtient le titre de sainte patronne du diocèse de la ville.