Histoire de Cachan

La préhistoire et l’antiquité

Les hommes occupèrent le territoire cachanais dès le néolithique, plus précisément sur le Coteau. Des restes de cette population ancienne ont été retrouvés en 1896. Quant aux habitants de l’époque antique, ils auraient préféré habiter autour de la source, à flanc de colline, au lieu de s’établir sur les hauts plateaux.

La colonisation romaine

Des chantiers importants furent entamés à l’époque, dont le pont aqueduc qui nécessitait la création des voies d’accès en parallèle. Il s’agit de deux massifs qui sont actuellement engagés entre les infrastructures de la maison Renaissance. À savoir qu’il se peut que la rue des Tournelle à Cachan et la rue Émile Raspail soient issus des anciennes voies romaines.

La puissance de l’abbaye au moyen âge

Le premier document qui confirme l’existence du bourg de Cachan date de 829. Il stipule la domination du territoire par l’abbaye de Saint Germain de Prés, selon Lothaire et louis de Pieux. D’ailleurs, le Pépin de Bref possédait un palais dans la région, dont la beauté était considérable, mais qui fut malheureusement détruite après la révolution française. À l’époque, le hameau disposait d’une plantation de vignes destiné aux occupants du château. En outre, la ville faisait partie des importantes victimes de la guerre. En avril 1360, les Anglais envahirent les régions en bordure de la Bièvre. De 1417 à 1439, le château de Cachan fut sous la direction de Louis II, puis Louis III, puis Charles d’Anjou. Plus tard, en 1955, il est pris en main par des particuliers dont les identités sont inconnues.

La guerre de religion

Cachan a beaucoup souffert de la guerre de religion. En effet, en 1562, le prince de Condé envoya ses lansquenets pour occuper la région et celui d’Arcueil. Ils pillèrent le village et les habitants furent contraints de fuir dans la chapelle du domaine. Dire qu’avant ces évènements, le paysage de Cachan était très apprécié par les amateurs de poésies, en particuliers les poètes de la Pléiade, de par le charme de son aqueduc romain et de la Fontaine Couverte. Plus tard, en 1589, la commune fut encore victime des attaques de Henri IV.

La construction de l’aqueduc de Médicis

La canalisation romaine commençait à se détériorer, ce qui entraina un manque des sources d’eau potable. C’est ainsi qu’en 1613, Marie de Médicis envisagea la construction d’un palais sur l’hôtel du Luxembourg et dut ainsi bâtir un pont-aqueduc pour approvisionner le domaine en eau.

La route vers la modernité au 19ème siècle

Comptant 1126 habitants à l’époque, Cachant allait se métamorphoser sous l’influence de l’agglomération urbaine de Paris. Par exemple, en 1811, la crypte de l’Église fut déplacée au chemin du Bateau et devint le cimetière communal. Puis entre 1825 et 1826, d’importants chantiers sont mis en œuvre pour moderniser la commune, notamment le pont de la rue Hénouille, la fontaine publique de la place Gambette, le renouvellement de bordure de la Bièvre ou encore la mise en place des égouts latéraux au cours d’eau. Les moyens de transport sont également rénovés.

Ce petit guide historique vous est présenté par Serrurier bajazet, serrurier à cachan spécialisé en ouverture de porte, réparation de rideau métallique et remplacement de porte